J’ai vu une Blonde d’Aquitaine

Elle était là, couchée, ses cornes pointant fièrement vers l’avant, regardant fixement de ses yeux doux. Elle était puissante et sa robe dorée, son poil soyeux. Son petit était tendrement blotti contre elle. Quel animal splendide ! Quel calme et quelle chaleur dégageaient cette mère et son petit ! Comme elle était différente de la malheureuse Prim’Holstein que j’ai décrite dans un article précédent !

Un peu plus et j’aurais loué la sélection génétique qui me permettait de contempler une si belle vache. Mais ce qui me ramena à la dure réalité fut de penser que la Blonde d’Aquitaine est une race à viande. Quelle tristesse d’imaginer cette magnifique vache et son veau, transformés en carcasses et pendus aux crochets d’un abattoir avant d’être découpés en morceaux et de finir dans des barquettes en plastique sous cellophane !

La Blonde d’Aquitaine est une race à viande. Son berceau d’origine est le Sud-Ouest de la France mais ses diverses qualités ayant été largement reconnues, elle a été exportée vers d’autres régions françaises ainsi qu’à l’international.

La France compte 532.000 vaches de la race Blonde d’Aquitaine. Elle représente 7% du cheptel français  et se place ainsi au 5ème rang des races bovines françaises, races laitières et à viande confondues. (Source : Institut de l’Élevage, Chiffre clés 2012).

Publicités