Vegan in Bremen – Les imitations de viande de Veggefarm

P1100241Je vous ai fait part récemment de deux retours d’expérience dans des restaurants de Hambourg : Jim Burrito’s et Mangold.

Il est beaucoup plus facile de manger végétarien en Allemagne qu’en France. Les restaurants qui ne proposent pas au moins un plat adapté aux végétariens y sont en fait l’exception. Ainsi, l’une des brasseries de la Hamburgerstrasse à Brême, à deux pas du Weserstadion, affiche sur les ardoises disposées sur le trottoir davantage de plats végétariens que conventionnels.

P1100247

Mais je pousse la porte du restaurant voisin : Veggefarm.

P1100244

L’ambiance est feutrée. Pas de musique rock comme à Jim Burrito’s. L’endroit se veut plutôt raffiné mais les prix restent abordables.

Le serveur est asiatique. Contrairement à ce que laissent penser les vaches, cochons et poules de la devanture, c’est de cette culture que s’inspire la carte. Elle me surprend assez. Comme dans un restaurant asiatique conventionnel, elle est divisée par type de plats : soupes, entrées, poulet, porc, canard, poisson. Mais en arrière plan est indiqué « vegetarisch ». Tous les plats sont conçus autour d’une imitation de viande à base de seitan, protéines de soja ou de blé. Personnellement, je ne suis pas attirée par ces succédanés – ou devrais-je dire « ersatz ». Quand on s’intéresse à la cuisine végétale, on apprend à cuisiner la formidable variété du monde végétal : légumes, racines, céréales, légumineuses, noix deviennent le centre du plat et non plus un simple accompagnement. Du coup, j »ai presque envie de commander un plat « sans viande végétarienne ». Mais le concept est peut-être séduisant pour quelqu’un n’ayant jamais mangé végétarien et effrayé à l’idée de se passer de viande et de quelques protéines animales.

Je me rabats sur une soupe miso.

P1100232_s

Rien de très original mais j’en raffole, en fait souvent et elle a son succès auprès de mes enfants.

P1100239

Point positif de la soupe miso de Veggefarm : les saveurs d’arachide et de sésame.

Point négatif : la consistance gélatineuse du tofu. Si tofu il doit y avoir, alors pour moi, c’est du ferme ou du soyeux. Mais par pitié, pas de gélatineux qui me fait penser à un sketch humoristique dans lequel le tofu est comparé à une liposuccion d’albinos !

Autre point mitigé : les énormes morceaux d’algues susceptibles de dérouter le consommateur non averti.

Comme plat, j’ai commandé une entrée : des tempura.

P1100231_s

Je raffole des beignets mais n’ai pas de friteuse et ai du mal à en faire dans mon wok.

P1100241

Je croque dans mon beignet. Et là : stupéfaction ! Je suis en train de manger une crevette ! Interloquée, je regarde l’intérieur du beignet. On dirait vraiment une crevette. On distingue même une couleur rosée entre la crevette et la croûte.

P1100242

Je dois regarder de nouveau le menu pour me voir confirmer que cette « crevette » est faite de différents ingrédients : protéines de soja, amidon de maïs et de pomme de terre et extraits d’algues. Bluffant ! On croirait vraiment manger une crevette.

Je trouve vraiment le plat bien fait : il n’y a qu’une seule « crevette végétale« . Cela en fait le clou du plat. Je trouve intéressant d’avoir une crevette à savourer plutôt que d’en faire une orgie comme c’est le cas avec les plateaux de fruits de mer.

Par ailleurs, les racines de lotus et de ginseng sont décevantes. Tout est assez fade et uniforme. Les beignets reposent sur une salade incolore et insipide.

Par contre, je suis très calée et limite écœurée. Pas de place pour un dessert.

Ma conclusion : une adresse à recommander pour les VG débutants, pour les adeptes du seitan et du tofu, pour tous ceux qui sont intéressés par les imitations végétales de chair animale.

La prochaine fois, je testerai l’autre adresse vegan de Brême : Veggie House. A moins que je ne pousse la porte du voisin de Veggefarm pour goûter ses Maultaschen végétariennes.

VEGEFARM Restaurant, Hamburger Str.45-47, 28205 Bremen, http://restaurant.vegefarm.de/
Publicités