Faiblards les végétariens ?

Je me permets ici de raconter une anecdote personnelle parce ce que je trouve qu’il s’agit d’une situation ridicule et affligeante voir quelque peu inquiétante. Jugez par vous même.

crocodile gonflableJ’étais à la plage dimanche quand arrive soudain un groupe d’adultes et d’enfants d’une grosse dizaine de personne. Ma fille de 5 ans me dit qu’ils ont des matelas gonflables en forme d’animaux et qu’elle aimerait bien avoir quelque chose comme cela. Je lui réponds que je comprends que cela lui fasse envie mais que je juge prudent de savoir nager pour utiliser ce genre de choses. Je comprends qu’elle trouve cela amusant et lui promet de lui en offrir un dès qu’elle saura nager. Ma fille repart barboter tandis que je me replonge dans « Nous sommes ce que nous mangeons » de Jane Goodall.

Quelque temps après, ma fille vient me voir et me dit :

« Maman ! Le crocodile s’en va et ils ne vont pas le chercher ! Toi tu peux aller le récupérer ! »

Je me soulève pour regarder. Et je vois effectivement le crocodile gonflable à une trentaine de mètres du groupe de personnes. Quand je dis une trentaine de mètres, c’est parce que cela me semble à peu près une longueur de piscine. La mer était calme. Pas une vague. A cette distance, il me semble que n’importe qui peut aller récupérer le crocodile. Mais non ! Personne ne bouge ! Les adultes sont plantés dans l’eau les bras ballants, les yeux rivés vers le crocodile ! J’hallucine mais je me dis que c’est trop bête, que les enfants vont être tristes et puis j’imaginais aussi le crocodile en plastique déchiqueté finissant dans la gueule d’animaux marins et d’oiseaux ! Je n’allais pas laisser faire cela ! Alors, je me déshabille (parce que j’étais vêtue pour me protéger du soleil) et je mets mon maillot.

Je précise que j’adore aligner les longueurs mais que je n’ai jamais fait partie d’un club. En outre, j’ai dû nager deux fois ces 12 derniers mois. Je suis maman de deux jeunes enfants et je n’ai plus un gramme d’abdominaux. Et si j’adore nager, c’est avec un maillot de bain digne de ce nom, des lunettes et un bonnet. Pas vêtue d’un vieux bikini aux élastiques détendu, le soutif manquant de découvrir le sein au moindre mouvement, les cheveux flottant autour de moi et les yeux embués. Quelque part, je devais avoir l’air d’une nageuse vraiment ridicule ! Je suis partie à la brasse. Entre temps, le crocodile avait déjà effectué une sacré distance. Si bien que je me suis dit qu’il fallait que j’accélère si je voulais le rattraper et je suis donc passée en crawl, emmêlée dans mes cheveux. Finalement, j’étais déjà assez loin de la plage, le crocodile à une dizaine de mètres de moi. J’ai poussé un peu pour passer un courant et j’ai attrapé le crocodile. J’ai entendu des acclamations sur la plage qui se trouvait peut-être à 200 ou 300 mètres. Et je suis revenue tranquillement sur le matelas parce qu’il n’avait pas de ficelle pour être tiré. En barbotant avec les mains et tapotant avec les pieds. Vous parlez d’une aventure ! A l’arrivée, j’ai rendu le crocodile et eu droit à un vague merci. Je ne sais pas si c’est parce que les gens étaient froids ou parce qu’ils avaient honte mais je penche plutôt pour le premier point.

Seule ma fille avait les yeux qui brillaient d’excitation et de joie ! J’aurais aimé qu’ils lui proposent de faire une balade en crocodile mais je ne pense pas que cela leur ait effleuré l’esprit. Certes, il ne faut pas prendre de risque inconsidéré en mer. Mais pourquoi n’ont-il pas réagi aussitôt ? Au bord de l’eau, ils faisaient deux brasses et ils rattrapaient leur engin ! Certes, l’Atlantique n’est pas très chaude sur la Côté Vendéenne mais il faisait 30°C sur la plage et ils étaient tous déjà dans l’eau jusqu’à la taille !

Face à cette inertie, cette apathie, ce manque de dynamisme, je ressens une totale incompréhension et un profond étonnement. Et une certaine inquiétude. Parce que lorsqu’ils n’y avait plus que dix mètres qui me séparaient du crocodile, je me suis dit qu’il fallait que je me dépêche de rattraper cette chose, ne pouvant compter sur de telles personnes au cas où il arriverait quelque chose à mes enfants pendant que j’étais dans l’eau. En voyant cela, je me dit qu’il n’y a rien d’étonnant à ce que des personnes soient assassinées ou violées devant des témoins qui ne bougent pas le petit doigt.

Et enfin, imaginez la trombine des gens si je leur avais tendu leur crocodile en leur disant :

« Je suis végétarienne ! »
ou « Je suis végétalienne ! »

Dire qu’on bassine aux gens qui changent leur régime alimentaire :

« Mais où vas-tu trouver ton fer ? »
« Mais où vas-tu trouver tes protéines ? »
« Mais où vas-tu trouver ton calcium ? »

Alors que de millions de gens à travers le monde sont végétariens depuis des lustres et en bonne santé ! Alors qu’une maman au ventre flasque qui ne consomme pas de produits animaux est plus énergique que la moyenne. Et ce n’est pas pour me vanter, vu qu’hélas, cette moyenne semble très très basse….

Dire qu’à midi j’avais mangé un sandwich à l’ail des ours et aux graines germées !

M'toto_couvertureEt pour conclure, ma fille me dit, faisant sans doute référence à un ballon gonflé à l’helium en forme de cheval qu’un jour elle laissa s’envoler :

« Oh ben dis donc ! Le crocodile, il avait très envie de vivre une sacrée aventure! »

Tu m’étonnes ! Avec de tels gens, moi aussi j’aurais envie de partir !

J’aurais dû leur conseiller de lire M’toto et le crocodile végétarien !

Murray Rose

Murray Rose, champion olympique de natation végétalien, signant des autographes en 1956

 

Advertisements