Les vaches privées de leurs attributs

Je vous invitais hier à chercher ce qui manque dans la photo suivante.

2013-04-01 (12)

hathor1

Ce qui manque dans ma photo est présent dans la photo ci-contre.

Dans l’Egypte ancienne, Hathor est la fille du soleil Rê et l’épouse du dieu Horus.

 

 

Nicolai Abraham Abildgaard: Audhumla, 18ème siècle

Nicolai Abraham Abildgaard: Audhumla, 18ème siècle

Ce qui manque dans ma photo est également présent dans la photo ci-contre. Dans la mythologie nordique, la vache Audhumla est à l’origine du monde.

 

 

 

 

 

 

vache sacrée Inde

Ce qui manque dans ma photo est également représenté sur ce dessin.

Dans l’hindouisme, la vache est le symbole de la richesse, de la force, de l’abondance, de l’altruisme et d’une vie réussie sur Terre.  Ses cornes, puisque ce sont elles qui manquent sur la photo, sont dédiées à Brahmâ.

 

 

 

 

Julien Dupré, La vachère menant sa vache, 1885

Julien Dupré, La vachère menant sa vache, 1885

vache qui ritCette peinture du XIXème siècle nous montre qu’il n’y pas si longtemps, les vaches avaient encore leurs cornes. Si j’en ai vu avec plaisir quelques unes près de chez mes parents la semaine dernière, l’observatrice des vaches que je suis peut vous affirmer que cela devient exceptionnel. Aujourd’hui, elles sont bien rares à en porter encore.

 

 

 

 

Même la Vache qui rit porte les siennes tandis que celles d’aujourd’hui n’en ont plus et je ne suis pas sûre qu’elles se marrent franchement.

 

 

Alors pourquoi les vaches dans nos champs n’ont-elles plus de cornes ?

Certaines races anglo-saxonnes ne portent naturellement pas de corne. On dit qu’elles sont acères. C’est le cas par exemple des Galloway, de l’Angus ou de l’Hereford. Il semblerait que la Scandinavie soit le berceau de la mutation du gène sans cornes, les Vikings ayant introduit des individus sans cornes en Grande-Bretagne.

Vache White Park Galloway et son veau. Photo prise dans non dans un élevage mais dans un parc engagé dans la sauvegarde des races anciennes.

Vache White Park Galloway et son veau. Photo prise non dans un élevage mais dans un parc engagé dans la sauvegarde des races anciennes.

A l’heure actuelle, la plupart des veaux sont écornés.

Pourquoi ? Voici quelques raisons selon ce site canadien qui correspondent à ce que je sais du sujet :

  • réduire les risques de blessures et de meurtrissures occasionnées aux autres animaux du troupeau ;
  • réduire les pertes financières associées au parage de carcasses endommagées par les bêtes cornues des parcs d’engraissement lors du transport et de l’abattage ;
  • réduire l’espace nécessaire à chaque animal à la mangeoire et durant le transport ;
  • réduire les risques de blessures occasionnées aux travailleurs agricoles – et si vous avez déjà approché d’une vache, vous savez de quoi on parle ;
  • éviter d’exposer les veaux aux risques plus élevés de décès, de maladies et de retards de croissance observés lorsqu’ils sont écornés à un âge plus avancé ;
  • lors des ventes à l’encan, profiter des prix plus élevés offerts pour des bêtes sans cornes;
  • produire des animaux dociles, plus faciles à manipuler ;
  • réduire l’agressivité à la mangeoire ;
  • faciliter l’utilisation des installations de contention.

Qui s’est trouvé près d’une vache sans corne avançant subitement la tête comprend l’intérêt d’avoir une vache sans corne. Cela a déjà été mon cas mais malgré cela, je suis gênée de voir des troupeaux entiers dépourvus de corne.

L’écornage des veaux doit se faire au cours de ses quatre première semaines de vie. Au delà, l’anesthésie est obligatoire. Mais si on en croit cet article, de nombreux français enfreignent la réglementation.

écorneurDifférentes techniques existent comme l’écornage thermique

 

 

 

 

 

sans corne_pâte à écornerou encore l’utilisation de pâte à écorner. Il s’agit de l’application d’un produit chimique détruisant les tissus produisant la corne.

 

 

 

 

 

crayon caustiqueDans le même ordre de chose (il me semble que c’est la présentation qui change), il existe des « crayons caustiques ».

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous une petite vidéo « sympa » en provenance du Quebec sur l’écornage d’un veau. Elle montre l’utilisation d’une cage à écorner les veaux. Si l’animal oublie peut-être par la suite cet événement, il ne semble pas en ressortir indemne.

Mais à l’heure actuelle, la technique qui semble avoir le plus d’avenir pour obtenir des animaux sans corne semble être la génétique.

Qui s’est un jour posé des questions sur les modes d’élevage sait que l’immense majorité des vaches des pays industrialisés ne rencontrent plus de taureau. Elles sont inséminées, généralement par un inséminateur (c’est-à-dire une personne extérieure à l’élevage), rarement par l’éleveur lui-même. Une photo vaut souvent mieux que de longs discours :

inseminateur

Si les vaches ne se frottent plus aux taureaux, les taureaux eux de leurs côté sont sélectionnées pour leurs diverses qualités… notamment celles de porter le gêne sans corne. Ils ne fréquentent jamais les vaches, et pourtant leur sperme féconde des centaines (je n’ose écrire des milliers) de vaches.

Actuellement, il n’y a pas de modification du génome de la vache par intervention extérieure. La génétique permet la sélection des taureaux porteurs du gène « sans corne » et contribue à la diffusion de ce gène dans les élevages.

skipper

sans corne charolais

Un extrait de ce site résume bien la situation :

couper les cornesPenser au bien-être des animaux est louable.

La dernière phrase quant à elle révèle la réelle considération portée aux animaux dans toute cette affaire. Mais elle ne saurait dédouaner les consommateurs passifs.

Pour en savoir plus :

  • sur les techniques d’écornage :
  • sur la génétique :

 

 

 

Advertisements