Un jour viendra où être végétarien sera la norme

Dans le train hier je lisais un livre sur la viande.

J’ai commencé à travailler il y a près de quinze ans, en Allemagne. A l’époque, certains hôtels commençaient à proposer Outre-Rhin des chambres non-fumeurs. En France, il n’était pas rare que j’atterrisse dans des chambres d’hôtels empestant le tabac, où draps, couvertures ou moquettes portaient des traces de brûlures de cigarette. Aujourd’hui, même en France, il n’y a plus de chambre fumeur dans les hôtels.
Et le train dans lequel je me trouvais hier était totalement non-fumeur. Depuis 2005, soit depuis près de dix ans, les wagons fumeurs ont été supprimés.

On ne fume plus en boîte de nuit, on ne fume plus au restaurant. Même les dirigeants d’une entreprise pour laquelle je travaillais et qui enfumaient sans scrupule leurs salariés ont soit totalement arrêté soit fument dehors.

interdit-de-fumer

Depuis que j’ai commencé à rouler ma bosse un peu partout, soit depuis plus de quinze ans, les restaurants anglais, allemands et autrichiens proposent quasiment tous au moins un plat végétarien. D’abord venue d’Allemagne, l’offre de produits adaptés aux vegan fleurit dans nos commerces français, du moins les épiceries bio, relayée par des produits fabriqués chez nous. J’ai mangé dans un restaurant bio qui lorsque j’ai demandé un couscous sans viande m’a répondu à ma grande stupéfaction qu’ils ne servaient pas de viande et dans de plus en plus de villes, il est possible de trouver un restaurant végétarien, voir vegan, voir crudivore. Sur le site Veggie Hotels, on constate que même en France il est possible d’être hébergé dans des endroits qui ne servent pas d’animaux au menu. Certes ces hôtels sont tenus majoritairement par des allemands, des anglais et des hollandais. Mais qu’importe ! Ces gens venus d’ailleurs pour apprécier notre douceur de vivre nous apportent aussi leurs lumières ! Internet relie des communautés de personnes bannissant de leur alimentation non seulement la viande mais aussi le sacro-saint lait de la cuisine française. De plus en plus de personnes tout à fait sensées bannissent même de leur mode de vie l’ensemble des produits animaux. Tenez-vous bien : les végétaliens, ces gens autrefois qualifié d’un terme terrifiant que les médias et les professionnels de santé s’escrimaient à faire passer pour anémiques et carencés, vivent pleinement et cuisinent joyeusement !

Certes tout n’est pas rose et moi la première j’ai du mal à assumer mes convictions dans certains milieux clairement pro-viande. Mais je suis convaincue que tout cela n’a rien d’un effet de mode. Tirés par nos choix, par nos actions, de plus en plus de gens vont se tourner vers un régime plus pauvre en produits animaux, voire dénué. Un régime plus sain pour le corps, plus sain pour la planète, plus équilibré pour la société, et bien sûr, meilleur pour les animaux. Je suis heureuse de participer à ma mesure à ce courant. Un jour viendra, j’en suis sûre, où c’est le mangeur de viande qui devra se justifier. Je ne sais pas si on verra un jour ce panneau, si nous devrons accepter que certains mangent de la viande avec autant de tolérance que nous demandons le respect de nos choix. Le mangeur de viande devra être mis face à ses responsabilités et assumer les conséquences écologiques, sociales et sanitaires de ses choix. Seraient-ils tous capables d’élever et de tuer les animaux qu’ils veulent manger ? Pour ma part, je préfère essayer de cultiver mon potager !

 

VGKids Sticker Template

Publicités